La plupart des techniques de management venues du privé sont effectivement inopérantes dans le monde de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, où les acteurs ne peuvent a priori pas être licenciés du jour au lendemain, pas plus qu'augmentés d'ailleurs. C'est donc à travers des relations humaines plus subtiles que le management de la Recherche peut être entendu.

Je dois avouer que jamais je n'aurai pensé appliqué ce mot au monde de la recherche. Mais il faut bien reconnaître que les outils qui nous ont été présentés étaient certes issus du monde de l'entreprise, mais adaptés, je pense de manière adéquate, au monde de la recherche en général et au doctorat en particulier.

Et, donc, parmi les différentes techniques qui nous ont été suggérées, certaines étaient naturelles pour moi, et utilisées depuis toujours avec mes doctorants. D'autres ne m'étaient pas venues à l'esprit, ou avaient été écartées de manière inconsciente. Quoi qu'il en fut, toutes ne seront pas mises en application, loin s'en faut, Cependant, c'est progressivement que quelques unes d'entre elles vont faire leur apparition dans ma manière de diriger les thèses.

Les premiers retours sont positifs. C'est dans 6 mois que nous referons un point avec Adoc Mètis. Et ce blog s'en fera l'écho.

A bientôt.