Cet article est publié dans la revue Superlattices & Microstructures, ainsi que sur le portail HAL de l'Université de Lorraine. A ce sujet, un heureux hasard calendaire a permis de publier sur le portail HAL de l'Université de Lorraine la veille de son lancement officiel. Cela en fait le premier dépôt sur ce nouveau portail institutionnel.

L'objet de cet article est non seulement de montrer que le dopage P de l'alliage ternaire nitrure de Gallium Indium n'est pas nécessaire, mais aussi de montrer la voie qui a permis de faire cette découverte. C'est en effet à travers le couplage d'outils de simulation commerciaux mais néanmoins très efficaces, fournis par la société SILVACO, avec des méthodes mathématiques d'optimisation éprouvées et programmées par des professionnels, que nous avons pu réaliser que les mathématiques suggéraient fortement de se débarrasser de cette couche P.

C'est après avoir tenté un dimensionnement sans la couche P de la cellule que nous nous sommes aperçus que sa suppression n'induisait pas de baisse de performances, bien au contraire.

Cette découverte fera l'objet d'une communication au début du mois de juin au congrès Nanotech France 2016. C'est en page 22 du programme de la conférence.

Pour finir, n'oublions pas de remercier chaleureusement les concepteurs et programmeurs des logiciels de mathématiques libres que sont Sage, NumPy et SciPy. Ce sont eux qui nous ont permis d'interfacer les méthodes d'optimisation multicritères les plus performantes et rigoureuses avec l'un des meilleurs outils de simulation dans le domaine des semi-conducteurs.